Scrum

Quand on parle de méthode Agile, le mot Scrum n’est souvent jamais bien loin. Bien qu’il soit de plus en plus répandu, Scrum et son réel intérêt supposé pour une entreprise ne sont pas toujours simple à comprendre

De l'ovalie au digital

Si le terme est si populaire en IT et en développement, son origine ne trouve pas entre les lignes de codes. Elle se situe au détour de celles des terrains de rugby. Scrum signifie en effet « mêlée » en français. Un nom donné par Hirotaka Takeuchi et Ikujiro Nonaka en 1993, en raison des similitudes entre la méthode et l‘action de jeu du rugby. 

Dans Scrum, tous les participants avancent ensemble et l’équipe doit savoir réagir à l’évolution du jeu ou du projet. La mêlée est un temps fort de réunion qui permet de poser le jeu avant de repartir sur des bases solides. Il s’inspire de cette philosophie. Cette flexibilité et cette approche participative fait que l’on associe souvent à la méthode Agile. Il s’agit pourtant en réalité plus d’un cadre de travail qu’une méthode Agile à proprement parler.

Scrum : de l'ovalie au digital

Scrum : un cadre de travail flexible

Scrum ne sert pas à décrire comment développer un logiciel de façon précise. Non, il permet d’organiser la mise en place de la méthode Agile dans un canevas précis mais non dénué de souplesse. 

Il permet de ritualiser la gestion de projet en jalonnant le parcours de nombreux temps forts et de pratiques collaboratives. Ces pratiques comme le daily meeting, le sprint planning, la revue ou encore la rétrospective, composent les sprints, cycles récurrents de deux ou trois semaines. 

Ces sprints ne sont pas des éléments fixes et immuables, car la  philosophie de Scrum repose sur trois piliers : la transparence, l’inspection et l’adaptation.

Une répartition spécifique des compétences avec Scrum

Une répartition spécifique des compétences avec Scrum

Un autre volet concerne l’attribution des rôles des différents participants, encore une fois à la manière des attributions des différents postes de joueurs d’une équipe de Rugby. Le Product Owner est un peu le capitaine qui porte la vision du projet, l’équipe de développement agit comme autant de maillons indispensables d’une même chaîne et le scrum master fait davantage office de coach de l’équipe. Ce dernier est chargé de surveiller que le cadre de travail du Scrum est bien respecté tout au long du projet.

A chaque sprint, il permet de remettre à plat les différents éléments du projet, et clarifier le rôle et le part de chacun. On rappelle les tâches et les objectifs à atteindre avant de repartir de l’avant ensemble guidé par la même conviction. Le Scrum permet donc une amélioration des talents, un raffinement du projet, tout en mettant la qualité au centre des différentes actions.

Dois-je utiliser Scrum pour mon projet de développement ?

Si le Scrum dispose d’une certaine flexibilité, il exige cependant un cadre de travail avec un cahier des charges important et un rythme à respecter scrupuleusement. Pour cette raison, il est important de savoir si il doit être mis en place dans votre projet. Scrum est fait pour vous si :

  • votre produit est incrémental
  • Trois personnes ou plus sont nécessaires pour endosser la charge de travail et la complexité du projet  dans les délais souhaités.
  • Le travail est faisable individuellement
  • la majeure partie du travail peut être planifié

S’il n’est pas toujours simple déterminer les cases cochées par votre projet dans cette liste, il ne s’agit là que de la première étape avant l’éventuelle mise en place de Scrum.
Pour savoir si Scrum est adapté à votre équipe et déployer ce cadre de travail, Mind7 Consulting dispose d’experts en Scrum et méthode Agile. .