Face à l’engouement actuel pour le RPA (Robotic Process Automation), il est important de rappeler que ce concept, déjà ancien, s’intègre dans une démarche plus globale.

Le RPA est un Catalyseur, une façon à moindre coût d’amorcer le changement digital. C’est l’occasion de travailler avec les opérationnels, d’améliorer les procédures mais aussi de faire remonter des besoins et idées d’amélioration. Le robot va donner de premiers résultats sans toucher au “legacy” et réduire les tâches à faible valeur ajoutée.

Le RPA est un Facilitateur de la transformation, car une fois le temps libéré grâce aux premières automatisations, on va pouvoir prendre plus de recul quant à la refonte des façons de travailler. Des démarches qualité (type DMAIC) ou orientées outil (type Process Intelligence), vont, de façon itérative, accompagner la transformation digitale.

Le RPA est un Amplificateur car malgré la transformation (outils, architecture, partenariat…), il est difficile de traiter 100% des cas ! il reste toujours quelques particularités et exceptions et le RPA peut alors servir de “voiture balais” et simplifier la gestion de ces exceptions.

Le RPA ne doit certes pas être la pierre angulaire de votre projet de transformation, mais s’en priver serait passer à côté de « Quick Wins ».

[shareaholic app=”share_buttons” id=”22893663″ class=”m7-vc-post_share_buttons”]